Notre-Dame des Vents : la Madone du Devès

Perchée sur les hauteurs de la colline du Devès qui surplombe l’église, Notre-Dame des Vents veille sur Saint-Michel.

Madone du Devès, Saint-Michel-de-Saint-Geoirs

Depuis des centaines d’années et jusqu’aux années cinquante, la vie de nos campagnes étaient rythmées par certaines coutumes ou fêtes principalement liées à la religion comme la fête de la Saint-Jean, la Semaine Sainte, les premières communions, ou les missions paroissiales.

C’est précisément grâce à une mission que la statue de Notre-Dame des Vents a pu voir le jour. Durant 1 à 2 semaines, la mission consistait pour chaque paroissien à approfondir leur foi par des actions spirituelles. Il y avait ainsi des processions, des récitations du chapelet, des confessions, des messes, etc. Des prêtres ou des missionnaires ponctuaient ces célébrations par des prêches et une grande célébration de communion. Souvent une « croix » était érigée en un lieu public comme « mémorial » de la mission.

Le projet

Décembre 1953 – Il est donc décidé en fin d’année qu’une mission aura lieu à Saint-Michel. Elle commencera le 27 février 1954 et à son terme, une statue de la Sainte Vierge sera élevée au sommet de la colline du Devès, à l’emplacement d’un château fort (castrum) détruit au XVIe siècle.

« Si le temps le permet la paroisse érigera sur le sommet qui surplombe l’église un oratoire en l’honneur de la Sainte Vierge… Oh ! rien de monumental comme certaine paroisse voisine : Saint-Michel n’aspire pas à devenir un pèlerinage célèbre, ce sera un simple souvenir, mais un souvenir durable et beau de notre mission …
… Nous sommes sûrs que la Sainte Vierge nous aidera à trouver l’argent nécessaire malgré les difficultés dans lesquelles se débattent beaucoup de familles de la paroisse. Leur offrande même petite sera d’autant plus méritoire. Par ailleurs beaucoup de personnes qui connaissent et aiment Saint-Michel tiendront à témoigner leur attachement à notre petit pays en participant à la souscription qui est lancée dès maintenant.»
Bulletin cantonal de St-Étienne-de-St-Geoirs – Janvier-Février 1954

La souscription se déroule dès le début de l’annonce de ce projet. Les dons, anonymes ou non, provenant de la quasi totalité des paroissiens s’échelonnent de 1 000 Francs à 10‌ 000 Francs (soit l’équivalent d’environ 20 à 220 de nos euros actuels).

La Mission

27 février 1954 – Toutes les personnes sans exception étant ainsi informées, la Mission s’ouvre officiellement le soir du jeudi 27 février. Elle se déroule normalement, ponctuée par des cérémonies (réception du missionnaire, fête des morts, calvaire, fête des enfants, procession …).
Pendant les derniers jours tout est mis en œuvre pour les ultimes préparatifs de l’édification de cette statue en pierre reconstituée, posée sur un socle imposant, que les paroissiens veulent élever au Devès en souvenir de cette Mission. Le modèle de la statue est la vierge classique de « l’Immaculée Conception » telle qu’elle apparut à Sainte Catherine Labouré, en 1830, à la chapelle de la rue du Bac à Paris. On désirait aussi rappeler le centenaire de la proclamation du dogme*.
Grâce à un temps très clément, en 6 jours tout est prêt.

« Tous les jeunes gens et beaucoup de pères de famille y travaillèrent sous la direction d’un habile maçon, M. Gabriel Cacciatore. C’est ainsi que vendredi soir, avant veille de la clôture, la Vierge de l’Immaculée Conception se dressait sur le terrain gracieusement mis à notre disposition par la famille Félix Poyaud…»
Bulletin cantonal de St-Étienne-de-St-Geoirs – Mars-Avril 1954

L’inauguration

14 mars 1954 – La petite église du village est comble ce dimanche après-midi, constituée de plus de 300 personnes de Saint-Michel et des communes voisines. À la fin de la cérémonie, la procession se met en marche doucement sur les pentes de la colline. Les enfants brandissent leurs petits drapeaux, les pères de famille portent leur bâton de pèlerin surmonté d’une statuette de Marie. L’archiprêtre de Saint-Etienne et plusieurs curés des paroisses voisines honorent de leur présence cette journée particulière. La statue est bénite par l’abbé Durand-Ginet, archiprêtre de Roybon, après que le missionnaire eut expliqué le symbole de cette Madone qui domine dorénavant et pour longtemps le village de Saint-Michel.
À la tombée de la nuit, la statue est illuminée.

Procession aux flambeaux

15 août 1954 – Pour la première fois à Saint-Michel, une procession aux flambeaux a lieu, avec pour objectif : Notre-Dame des Vents. Par un temps calme et doux entre deux journées de pluie, tous les paroissiens sont présents, à laquelle se joignent quelques habitants des communes voisines.

« La procession sortit de l’église au chant des cantiques et dans la nuit calme le serpent du feu s’étira sur les flancs du Devet, pour se grouper enfin aux pieds de la statue brillamment éclairée…
…On n’avait jamais vu ça dans le village ! »

Bulletin cantonal de St-Étienne-de-St-Geoirs – Septembre-Octobre 1954

Aujourd’hui – Les “Retraites aux Flambeaux” du 15 Août ont vu leurs dernières ascensions au milieu des années 70. Cette statue est devenu un lieu agréable pour les promeneurs, d’où ils peuvent admirer de là-haut la belle harmonie des collines boisées, des champs cultivés et des prairies verdoyantes de Saint-Michel. À l’opposé de ce magnifique tableau, s’étend à perte de vue et en panorama, la plaine de la Bièvre.

Merci à Gérard Champon pour la documentation (bulletins cantonaux).


* Le dogme de l’Immaculée conception a été proclamé par le pape Pie IX le 8 décembre 1854 à la suite des apparitions de la Vierge Marie à sainte Catherine Labouré, en 1830, à Paris, dans la chapelle des Filles de la Charité de la rue du Bac, et à la demande de nombreux évêques. Cette chapelle s’appelle aujourd’hui la chapelle Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse.
Entre 1955 et 1958

Entre 1955 et 1958

Madone, Saint-Michel-de-Saint-Geoirs
Modèle

Modèle

Flambeau, Saint-Michel-de-Saint-Geoirs
Le devès

Le devès

La statue

La statue

La Madone

La Madone

Procession

Procession

Bénédiction, mars 1954

Bénédiction, mars 1954

Bénédiction, mars 1954

Bénédiction, mars 1954

Coup de foudre : la Madone perd la tête !

Juillet 2018 – Coup de tonnerre sur Saint-Michel.

La foudre vient de frapper et de faire perdre la tête à la Vierge de Notre-Dame des Vents. Il ne reste à sa place que deux morceaux de tiges métalliques qui permettaient l’assemblage de cette tête au corps de la statue. Une grande partie du socle a également été endommagée. La foudre a traversée la statue et le socle en suivant les armatures métalliques situées à l’intérieur de cet ensemble. De nombreux débris ont été projetés jusqu’à 30m autour de l’édifice.

D’après les anciens cette statue est censée protéger Saint-Michel de la grêle.
C’est la 1ère fois que la Madone est victime de la colère du ciel depuis son inauguration.
En espérant qu’elle retrouve vite sa tête et son éclat, et qu’elle continue à veiller sur le petit village de Saint-Michel.

Restauration, la Madone du DevèsRestauration de la Madone

Avril 2020 – Pendant la crise sanitaire du COVID-19, monsieur Denis BORRAS (Création Restauration d’Art), a profité du confinement pour reconstituer la tête de la Madone en atelier.

Juillet 2020 – Devant les difficultés pour mettre en place les contraintes sanitaires en essayant de garder un esprit de fête, l’équipe paroissiale a reporté l’inauguration de Notre-Dame des Vents à 2021.

Septembre 2020 – La restauration sur place a commencé. La Madone a enfin retrouvé sa tête et elle en a profité pour se refaire une beauté. Une partie du socle a été aussi restaurée. 

Octobre 2020 – Fin des travaux avec le positionnement sur le socle de la croix, des initiales « MA » et de l’inscription « Mission 1954 ». L’éclairage à l’aide d’un panneau photovoltaïque avec batterie a été placé à proximité du socle. L’installation d’un paratonnerre à l’arrière de la statue est également prévue.

La Madone en cours de restauration

La Madone en cours de restauration

Septembre 2020
La statue restaurée

La statue restaurée

Septembre 2020
Restauration terminée !

Restauration terminée !

Octobre 2020